Les 29 et 30 mai dernier se tenait le colloque du centre de recherche en Sciences et technologies du lait (STELA) de l’Université Laval, composante de l’Institut de recherche sur la nutrition et aliments fonctionnels (INAF). Y était abordée, sous la forme de conférences et de sessions d’affiches scientifiques, la croissance de la compétitivité des secteurs de la production et de la transformation laitière au Canada, en France et aux États-Unis face à la mondialisation. Nous y étions. En voici les grandes lignes.

Près de 30 conférenciers de l’international ont pris le micro tour à tour pour discuter des tendances actuelles et exposer les résultats de leurs recherches sur les préoccupations courantes dans l’industrie laitière notamment les bouleversements géopolitiques, la situation économique du secteur laitier, les changements dans les tendances de consommation actuelles, etc. 

Présentées devant des transformateurs, producteurs et scientifiques, les conférences des chercheurs et étudiants de cycles supérieurs étaient souvent très techniques, dans un jargon réservé aux spécialistes. Il était toutefois sans équivoque que les santés alimentaire et environnementale étaient des enjeux au centre de leurs recherches. 

Étaient discutés, dans un premier temps, les enjeux économiques et qualitatifs du lait et, dans un deuxième temps, des produits laitiers fermentés. Au chapitre des effets des produits laitiers sur la santé, tous s’entendaient pour confirmer ses bienfaits, surtout lorsque fermenté; le yogourt possède une riche densité nutritionnelle, améliore la santé digestive, en plus d’être une excellente source de calcium, de vitamine D et de sources énergétiques. Comme il a été soulevé, nous pouvons nous demander : «Considérant ses effets bénéfiques pour la santé, pourquoi les nourritures fermentées ne sont-elles pas dans le Guide alimentaire Canadien?».

En outre, plusieurs spécialistes ont confirmé la popularité croissante des produits laitiers comme le yogourt au Canada — sa consommation a augmenté de 204 % depuis 1996 — ce qui engendrera certainement un débalancement et des impacts environnementaux si les procédés utilisés actuellement dans l’industrie restent inchangés. Toutefois, des études permettent le développement de procédés innovants avec une meilleure éco-efficience visant à réduire l’empreinte écologique laissée par le secteur des produits laitiers. 

Enfin, la séance d’affichage scientifique et l’échange de questions lors des conférences des professionnels ont rendu l’expérience du colloque d’autant plus dynamique. Les questionnements soulevés ouvriront certainement la voie à davantage de recherches dans ce domaine en expansion qui nous a semblé prêt à faire preuve d’innovation pour relever les défis auxquels ils font face, promouvoir les bienfaits de la santé des produits laitiers et réduire l’impact de son industrie sur l’environnement.

Sources

Centre STELA . http://www.inaf.ulaval.ca/recherche-et-expertise/centre-stela/#.WTqTMhM19Bw.

INAF . http://www.inaf.ulaval.ca/.

Notre président
Jean-François Larouche
Vous souhaitez échanger sur le sujet?
Discutez avec Jean-François.
Envoyez un message

Envoyer un message à

À lire également

2017-05-31

La mondialisation est-elle en péril? Entretien avec Peter Hall – Économiste en chef de EDC

Le 25 mai dernier, Peter Hall, économiste en chef de EDC, était à Québec pour sa présentation annuelle « Parlons exportations ».

Lire la suite
2017-09-18

Un nouveau rôle pour Larouche MC au FCVQ

Stéphane Veilleux, directeur de création chez Larouche Marketing Communication, sera conférencier le mercredi 20 septembre dans le cadre du Festival de cinéma de la ville de Québec.

Lire la suite
Restez à l'affût de nos actualités!