L’industrie 4.0 est le sujet de l’heure du secteur manufacturier. Faisant face à des enjeux technologiques considérables, le secteur doit savoir innover pour demeurer en tête de ses concurrents, et voire les devancer. Les profonds changements apportés par le virage 4.0 permettront aux entreprises d’accroître leur compétitivité et leur productivité.

Qu’est-ce que l’industrie 4.0? 

Selon la définition proposée par le CEFRIO, l’industrie 4.0 fait référence à la quatrième révolution industrielle. Il s’agit de la création d’une usine intelligente où les systèmes communiquent et coopèrent entre eux en grande partie grâce à l’utilisation d’internet et des moyens de communication en temps réel. 

Avec cette intégration, les entreprises seront en mesure d’offrir une production plus personnalisée, des produits plus intelligents, ce qui peut mener à la réinvention de leur offre commerciale.

Les 4 niveaux du 4.0

L’industrie 4.0 se décline sur 4 niveaux, le quatrième niveau représentant le niveau ultime qui intègre les 3 précédents. Remarquez bien que le niveau 4 ne représente pas nécessairement un but à atteindre. Chaque entreprise détermine le niveau qui lui convient et celui étant le mieux adapté à son processus. 

Niveau 1- La surveillance
Mise en place d’un système intelligent permettant la surveillance de l’état global ou du fonctionnement du produit.

Niveau 2 -  Le contrôle 
Élaboration d’un système ou d’un produit pouvant se contrôler à distance. 

Niveau 3 -  L’optimisation 
Capacité à contrôler le fonctionnement du système. 

Niveau 4 -  L’autonomie 
Les capacités de surveillance, de contrôle et d’optimisation se combinent permettant aux systèmes intelligents et connectés d’atteindre un niveau inégalé. 

Les entreprises ne se trouvent pas toutes au même stade technologique, elles ne débutent ainsi pas nécessairement au même niveau. Mais, toutes les entreprises doivent pouvoir accéder aux données pour enclencher le niveau 1 de leur révolution numérique. 

À la portée de toutes les entreprises!  

Le passage à l’industrie 4.0 est progressif. D’abord, les entreprises ne se situent pas toutes au même stade au plan technologique et c’est projet par projet qu’elles arriveront à tirer profit de cette révolution. Il n’est nullement nécessaire de mettre en place toutes les technologies disponibles. L’important est de sélectionner celles qui répondent à des besoins précis et qui obtiendront des gains potentiels, pour une entreprise donnée. 

De plus, ce passage repose sur l’adoption de technologies et de techniques qui sont aujourd’hui plus abordables. Les consommateurs, toujours plus exigeants, demandent des prix sans cesse plus bas. Les technologies numériques offrent un moyen de satisfaire à ces demandes et procurent la possibilité de proposer de nouveaux produits et services, tout en assurant une profitabilité à l’entreprise. 

Le premier défi, et probablement le plus grand, demeure l’approbation de l’implantation d’une approche numérique par la direction, ce qui est aujourd’hui accessible et adoptée par plusieurs entreprises. Celles-ci doivent réaliser les gains potentiels que pourra générer l’adoption de la technologie pour ensuite mobiliser les compétences et les expertises de ses équipes. 

Les entreprises doivent prendre conscience qu’afin de prospérer et conquérir de nouveaux marchés elles doivent faire le saut vers la quatrième révolution industrielle. Elles doivent effectuer un bon en avant afin de rattraper les entreprises de l’Ontario et des États-Unis sur lesquelles le Québec a 25 ans de retard selon Éric Tétrault, président de MEQ. L’industrie 4.0 est le meilleur moyen pour innover et demeurer compétitifs pour saisir les meilleures occasions d’affaires.

Sources

CEFRIO. Prendre part à la révolution manufacturière? Du rattrapage technologique à l’industrie 4.0 chez les PME. http://www.cefrio.qc.ca/media/uploader/cefrio_industrie_4-0_pme_version_web.pdf. Novembre 2016 .

Investissement Québec. Propulser nos manufacturiers innovants. http://www.manufacturiersinnovants.com/.

PWC. L’industrie 4.0 : l’occasion de briller pour le secteur manufacturier canadien. http://www.pwc.com/ca/fr/industries/industry-4-0.html.

Ministère de l’Économie, Science et Innovation. Industrie 4.0 : les défis de la quatrième révolution industrielle. Gouvernement du Québec. https://www.economie.gouv.qc.ca/objectifs/ameliorer/formation-et-perfectionnement/page/guides-et-outils-22210/?no_cache=1&tx_igaffichagepages_pi1%5Bmode%5D=single&tx_igaffichagepages_pi1%5BbackPid%5D=31&tx_igaffichagepages_pi1%5BparentPid%5D=22020&cHash=fa2f8d6edee88d1f00754914c8209e66.

Radio-Canada. Les compressions nuisent au commerce extérieur, déplorent les manufacturiers exportateurs. . http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/744070/manufacturiers-exportateurs-quebec-exportations-manque-ambition-critique-philippe-couillard-mexique-coupe. 13 octobre 2015.

À lire également

2016-11-22

Les tendances à venir pour le secteur manufacturier  le rôle du marketing

Depuis quelques années, surtout depuis la récession de 2008-2009, le secteur manufacturier s’essouffle au Canada.

Lire la suite
2017-08-30

ALENA  À la veille de la deuxième ronde des négociations

Les discussions sont enclenchées depuis peu sur la renégociation de l’ALENA et trouver un terrain d’entente s’annonce difficile.

Lire la suite
Restez à l'affût de l'actualité du secteur manufacturier