Au Québec, le secteur manufacturier compte 10 000 entreprises qui emploient 450 000 personnes. Au début des années 2000, ce secteur représentait 21% du PIB et a connu une chute qui l’entraîna jusqu’à 14%. Pourtant, année après année le secteur manufacturier représente près de 50% des dépenses totales en recherche et développement et 90% des exportations. En ce moment, nous pouvons affirmer que le secteur manufacturier au Québec n’est plus en déclin. En effet, 10 des 17 régions administratives connaissent une hausse de leur PIB manufacturier. L’écart qui s’est formé depuis le début des années 2000 est toutefois important et la solution réside certainement dans l’automatisation et l’innovation dans les usines. 

Un coup de pouce offert par Québec 

En avril dernier, le gouvernement a annoncé qu’il consacrera pour les trois années à venir 700 millions de dollars à l’innovation dans le secteur manufacturier à travers les Fonds d’Investissement Québec et ceux du Fonds de développement économique. Dominique Anglade, ministre de l’Économie du Québec précise que ces fonds visent « le manufacturier innovant, c’est-à-dire les entreprises qui accordent une place de choix à la robotisation, l’automatisation et l’essor des technologies. » Elle assure également que de telles mesures ne réduiront pas le nombre d’emplois, mais au contraire qu’elles en créeront puisque les entreprises deviendront plus productives et pourront accroitre leurs parts de marché. 

Depuis octobre 2016, la tournée manufacturière parcourt le Québec afin d’informer et de mobiliser les manufacturiers sur les ressources qui seront disponibles pour rendre leurs entreprises plus compétitives et plus productives. Québec est déterminé à redonner ses lettres de noblesse au secteur manufacturier et en faire un des moteurs économiques de la province. 

Se démarquer grâce à l’automatisation 

L’automatisation et le passage à l’industrie 4.0  sont avantageux: 

  • augmenter la productivité et la rentabilité de l’entreprise
  • augmenter la qualité des produits 
  • décrocher des contrats d’envergure 
  • être plus compétitif 
  • meilleure santé et sécurité au travail 
  • meilleur salaire grâce aux gains de productivité 

L’automatisation assure l’avenir de beaucoup d’entreprises. Plombco est d’ailleurs un exemple évocateur des bénéfices de l’automatisation. L’entreprise a pris la décision de s’automatiser au début des années 2000. Martin Lussier, président de la PME, a rapporté au journal Les affaires que sans l’automatisation de sa chaîne de production l’entreprise aurait été évincée du marché nord-américain par la concurrence asiatique. Il ajoute même que son entreprise n’aurait pas survécu. 

Les Québécois ont une très bonne réputation à l'étranger. Ils sont vus comme des entrepreneurs innovateurs. Il serait donc avantageux de profiter de cette réputation pour percer de nouveaux marchés grâce à une commercialisation de vos produits percutante, efficace et adaptée aux marchés ciblés. 

Partout dans le monde, nous pouvons observer une mouvance vers la réindustrialisation. Il est temps pour votre entreprise de tirer profit des opportunités qui se dessinent à l’horizon, entre autres avec les subventions gouvernementales, mais également grâce aux accords de libre-échange avec les États-Unis et l’Union européenne. 

Sources

Normand, François. L’automatisation, une question de survie. Les affaires. http://www.lesaffaires.com/strategie-d-entreprise/entreprendre/l-automatisation-une-question-de-survie/579485. 13 juin 2015.

Radio-Canada. Québec mise sur le secteur manufacturier « innovant » pour relancer l’économie. http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2016/04/14/001-plan-action-strategique-couillard-anglade-emploi.shtml. 14 avril 2016.

Carenza, Dyanne. Exportation : les nouveaux défis des manufacturiers québécois. Manufacturiers exportateurs du Québec. http://qc.cme-mec.ca/?action=show&lid=QMDZY-5KP3T-V2JDS#avril. Avril 2016.

Tournée Manufacturière. Conférences. Hôtel Plaza Québec. 31 janvier 2017.

À lire également

2017-02-16

Pour conquérir de nouveaux marchés  Visez l’Europe!

Le 15 février, le Parlement européen a approuvé l'AECG, c’est-à-dire l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne.

Lire la suite
2016-11-09

Accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne Les impacts pour les manufacturiers québécois

Cette entente commerciale d’envergure, voire historique, est sur le point de se concrétiser et elle entraînera de nombreuses perspectives de développement pour l’économie canadienne.

Lire la suite
L'innovation passe aussi par la commercialisation.