Rarement, une campagne électorale américaine n’aura autant retenu l’attention que celle du 8 novembre. La réouverture de l’accord de libre-échange et l’opposition au PTP ont, entre autres, attisé cet intérêt. Un climat d’inquiétude est perceptible chez les entreprises canadiennes et québécoises, en raison de l’incertitude quant au maintien des accords commerciaux en vigueur et à venir.  

Des mesures protectionnistes à l’horizon

Les États-Unis deviendront assurément un pays plus protectionniste. On pourrait voir arriver plus de mesures de type « Buy American » et « Buy America ». Ces dispositions encouragent, notamment, l’achat de biens faits aux États-Unis et pénalisent les produits et services canadiens lorsqu'ils constituent la totalité ou une partie d'une soumission d'un fournisseur. Selon Jean-Claude Lauzon, délégué général du Québec à New York, « c’est une tendance mondiale [le protectionnisme] qu’on ne voit pas uniquement aux États-Unis. »  

Le déclin du libre-échange? 

L’ALÉNA est sérieusement remis en question par Donald Trump. Les mesures protectionnistes vers lesquelles les États-Unis tendent pourraient affaiblir les accords commerciaux qui, généralement, aident à stimuler l’économie. 

Il est important de préciser que pas moins de 72 % des exportations québécoises sont destinées à notre voisin du Sud, il est donc d’un intérêt crucial pour la santé économique de la province que cet accord soit maintenu. Bien que Donald Trump s’oppose farouchement au maintien de cet accord, « la Banque Nationale est d'avis qu'il lui sera difficile de sortir les États-Unis de l'ALENA. L'opposition du Congrès sera trop forte. Il peut toutefois, légalement et sans l'appui du Congrès, imposer de nouveaux tarifs et des quotas. »

D’après le Mouvement Desjardins, une récession serait envisageable si l’accord est déchiré, « l'effet pourrait être particulièrement important pour les provinces où la fabrication joue un plus grand rôle, comme le Québec et l'Ontario ». Par contre, de nombreux spécialistes juridiques et économiques remettent en question le fait que l'administration Trump pourrait tourner le dos à l'ALENA. L’accord étant profitable aux deux pays, la menace d’imposer des tarifs devrait être suffisante pour convaincre M. Trump. 

Toutefois, même si l’ALENA demeure en vigueur dans son entièreté, les données collectées de 1972 à 2015 démontrent que les exportations sont moins dynamiques lorsqu’un républicain est à la présidence. Les chiffres montrent que les exportations grimpent en moyenne de 10,9% sous les démocrates et de 7,3% avec les républicains.

Le porc du Québec 

L’industrie porcine au Québec est gravement menacée pas nos voisins du Sud. On dénote déjà une surproduction de porcs aux États-Unis et les mesures protectionnistes préconisées par Trump n’augure rien de bon pour l’industrie qui exporte 70% de ses porcs. Selon Brett Stuart, analyste du marché pour la firme américaine Global Agri Trends, « la tendance n'est pas près de se renverser : les géants de l'industrie porcine américaine investissent dans de nouveaux abattoirs plus performants. » Ainsi, les éleveurs sont en mesure d’augmenter leur production. Face à cette surproduction, les éleveurs du Québec retiennent leur souffle puisque cela aura un effet dévastateur sur le prix offert pour les porcs vivants. Bref, plus le prix sera à la baisse, moins il y aura de producteurs. Les Américains prendront alors de plus en plus de parts de marché. 

En ce moment, nous pouvons affirmer que l’incertitude règne à la suite de l’élection du nouveau président américain. Il est possible que l’avenir soit plus positif que les perspectives annoncées, mais la surprise de l’élection de Donal Trump fait planer beaucoup d’inquiétude. Brett Stuart croit tout de même que le président changera son discours sur le commerce international s’il s’entoure de gens qui connaissent l’agriculture. 

Sources

Fillion, Gérald. Trump et Clinton : 10 choses à savoir. Radio-Canada. http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2016/11/04/003-trump-clinton-election-economie-impots-pib-environnement-dette-deficit-commerce-libre-echange-alena.shtml. 4 novembre 2016.

Normand, François. Élections américaines: les enjeux pour le Québec. Les affaires. 29 octobre 2016. P. 10-12.

Fillion, Gérald. Trump président : guerre commerciale en vue? Radio-Canada . http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/813696/trump-clinton-election-etats-unis-president-republicain-lepen-impot-alena-libre-echange-chine-Mexique. 9 novembre 2016.

Brousseau-Pouliot, Vincent. Une recession au Québec avec le president Trump? La Presse. http://affaires.lapresse.ca/economie/etats-unis/201611/08/01-5038948-une-recession-au-quebec-avec-le-president-trump.php . 8 novembre 2016.

Marte, Jonnelle. How a Trump presidency could affect your investment portfolio. Washington Post. https://www.washingtonpost.com/news/get-there/wp/2016/11/09/how-a-trump-presidency-could-affect-your-portfolio/. 9 novembre 2016.

Brousseau-Pouliot, Vincent. Économie: que propose Donald Trump? La Presse . http://affaires.lapresse.ca/economie/etats-unis/201611/10/01-5039775-economie-que-propose-donald-trump-.php. 10 novembre 2016.

Les services des délégués commerciaux du Canada. Le Buy Amercan Act et les dispositions Buy America. Gouvernement du Canada. http://deleguescommerciaux.gc.ca/sell2usgov-vendreaugouvusa/procurement-marches/buyamerica.aspx?lang=fra. 12 février 2016.

Bérubé, Stéphanie. La surproduction américaine menace le porc québécois. La Presse. http://affaires.lapresse.ca/economie/agroalimentaire/201611/12/01-5040624-la-surproduction-americaine-menace-le-porc-quebecois.php . 12 novembre 2016 .

Restez à l'affût de nos actualités.